Actualités

Interview – Anne Rehbinder et Antoine Colnot de la compagnie HKC

« Depuis 2015, la Compagnie HKC porte le projet artistique du duo formé par Anne Rehbinder, auteur et photographe et Antoine Colnot, metteur en scène et comédien. HKC a l’ambition de créer un théâtre sensible, ancré dans le réel, qui traverse les profondeurs et les blessures humaines dans un foisonnement poétique qui célèbre la vie. Le désir de créer des projets transverses répond à cette identité. Le maillage des créations et des actions artistiques constitue l’ADN de la compagnie qui travaille chaque année autour de ses créations avec des jeunes et des publics en situation de fragilité. »

Retrouvez plus d’informations sur leur site internet compagniehkc.fr

Une année de travail est prévue avec la Compagnie HKC à partir du mois de septembre 2020. Ces temps de travail sont ouverts aux salariés de l’établissement SIAO77 et Accompagnement afin de découvrir, grâce au développement du pouvoir d’agir, de nouveaux champs du possible dans l’accompagnement.

Pour la première fois, la Compagnie HKC va travailler avec des accompagnants alors qu’une belle expérience de travail artistique est toujours présente auprès des publics en situation de fragilité.

Interview mené par Priscille Ventura, directrice du SIAO 77

Rencontre avec Anne Rehbinder et Antoine Colnot 

De quoi est composé votre coeur de métier ? 

« La Compagnie HKC intervient sur deux axes fort de travail : la transmission et la création. La base du théâtre est au cœur des créations qui sont aussi fondées sur des rencontres et des écritures artistiques diverses. Des rencontres où se retrouvent poésie, sujets d’actualité et expérimentations avec d’autres axes d’écritures et de mises en scène sont au cœur de notre métier.

La transmission : partager, créer dans la rencontre avec des matériaux apportés par la personne : sa sensibilité, son histoire, ses doutes, ses talents… Avec tout cela, il s’agit de composer, partager et aller à la rencontre du public au travers d’une présentation qui ressemble à chacun des acteurs mis en scène. Et tout ceci avec sensibilité et respect de ce qu’est chacun.

La créativité : est utilisée et mise au service d’un besoin d’un groupe comme les ateliers « FLE ». Nous utilisons des exercices afin d’oser déployer et de s’épanouir grâce à des outils décalés de ceux connus et utilisés communément. Les personnes sont ressources les unes pour les autres et pour le groupe tenant compte de leur individualité et du microcosme du travail d’équipe. »

Selon vous, qu’est-ce que le développement du pouvoir d’agir ? 

 « C’est une façon de sortir de certains a priori et trouver une nouvelle manière de travailler ensemble. Nous ne savons pas ce qu’il va se passer à l’avance. Mais avec les outils de création et la créativité des personnes, nous développons et découvrons en puissance notre propre pouvoir d’agir. Le pouvoir d’agir c’est amener un regard diffèrent sur les situations des personnes accompagnées, c’est ne pas être seuls sur les ‘vécus’ et les frustrations de la réalité… C’est être prêt du besoin de l’autre en sortant des sentiers battus et créer un espace-temps d’une autre qualité.

Il faut, pour arriver à cela, une dose d’adhésion et de non-résistance, de curiosité même s’il peut y avoir une appréhension, il faut oser vouloir découvrir le moteur qui nous meut et notre propre pouvoir d’agir.

On se débat au départ dans une espèce de toile d’araignée qui est composée de nos peurs, de nos limites connues, de notre confort difficile à quitter, de nos idées préconçues et de notre histoire… La création se bat dans ce contexte mais elle est sans masque et avec une spontanéité incroyable que l’on va développer dans un espace ‘jeux’ afin d’exalter le lâcher prise.

Toute rencontre bouscule et transforme : elle développe notre pouvoir d’agir, d’être, de ressentir et un besoin de changer de regard sur l’autre s’impose.

Dans le pouvoir d’agir il y a un mouvement, une action, un acte de parole une envie de découvrir. C’est cette découverte qui va être explorée »


Le mot de la directrice

« Je crois à la rencontre qui change et aux partages d’autres regards sur nos pratiques professionnelles qui ouvrent les champs du possible » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.